Accueil| Initiation| Vidéo | Publications| News| Séjours| Skate| PowerKite| Accesoires| Metal| ?       

Amon-Kite
Dieu Soleil et du Vent
Pilote qui connait l'eau


Jean-Pierre Vickoff,

expert conseil et coach agile,
est ausi
un romancier dilettante.




Sa trilogie,
Protectora Galactica,
est une fiction historique.

L'intrigue se situe
en partie sur l'ile de Djerba,
où le kiteSurf et les vacances
trouvent encore leur place.


Vickoff@noos.fr


Il n'y a pas d'age pour être en forme et apprécier la glisse

Voici quelques années maintenant, j'ai décidé d'ajouter 4 sports un peu flyés (KiteSurf, PowerKite, Skate, Wake) pour déborder de mes activités plus classiques (tennis, windsurf, voile, golf, pilote privé, navigation hauturière, ...). C'est maintenant pari tenu.

Ayant abordé le sujet avec appréhension mais passion, j'ai décidé de le vulgariser un peu pour tous ceux qui n'ayant plus 20 ans, ni 40, pensent que ces activités sont extrêmes et dangeureuses, ce qui n'est pas le cas lorsque pratiquées dans des conditions raisonnables avec une bonne formation.

Je fais désormais partie de la PRO Team IKO en qualité de bénévole comme Head Instructor Level 3 (été 2016) et ai obtenu la totalité des qualifications et spécialisations additionnelles. Ce qui me situe au plus haut niveau des instructeurs IKO.

Pour la saison 2018, travaillant à plein temps pour Orange, je viendrai à chaque possibilité de vancances à DjerbaKite (entièrement rénovée) (dernière école sur la Chaussée Romaine d'ElKantara) et à l'hôtel Helios Vinci HELIOS.

Bien évidemment je n'ai pas d'intérêt ni dans les écoles (je recommande celles que je préfere et c'est tout) ni avec les sites que je référence car j'apprécie leurs prestations ou l'amitié des gens qui y travaillent.




Vous voulez apprendre, vous améliorer, ou simplement pratiquer le Kite ? Venez nous rejoindre à Djerba Kite ! Dans une lagune protégée avec moins d'un mètre d'eau, non seulement ce n'est pas dangereux, mais l'apprentissage est très rapide (vidéo). De plus, c'est le tiers des prix d'Europe, avec souvent ici un seul élève par moniteur.

Au fait, cela m'a pris quelques temps, mais cette aventure m'a permis d'écrire Protectora Galactica, une plus ou moins fiction, (plus ou moins historique), dont une partie se déroule justement dans cette ile « où il ne se passe jamais rien » depuis des décennies.

Ps. Toutes les écoles revendiquent donner des cours au label IKO (International Kiteboarding Organization). Pour savoir ce qui est IKO ou non, je vous offre mon livret de formation aux standards IKO ! Pour vous situer : (Evaluez-Vous ICI)

Le KiteSurf représente le must des activités sportives actuelles.
Il combine, avec élégance, les éléments du pilotage aérien et nautique.

Bon vol et bonne glisse !
Sommaire de cette page
La Tunisie
L'ile de Djerba

A Djerba on trouve des sites exceptionnels, permettant aux débutants de progresser rapidement et sans danger.

Le vent à Djerba (en mensuel)
Le vent à Djerba (en journalier)

« Djerba offre des conditions exceptionnelles tout au long de l'année avec des vents réguliers,
en moyenne entre 4 et 6 bft, provenant du nord ou de l'est 90% du temps. »

Bon kite à tous !




La maison d’hôte MenzelCaja est un hébergement de charme parfaitement tenu par Carole, une française mariée à un tunisien Jamel, lequel s’occupe d’une base de loisir à 400 mètres (ski nautique, Jet ski, promenade en mer, Cata, Planche à voile, objets flottants ou volants, …).

La table d’hôte alterne les cuisines locale et française, dans une ambiance des plus conviviale, accueille parfois des visiteurs occasionnels.

 Les habitués amènent à Carole  fromages et charcuteries typiques de leurs régions et, de plus, prennent souvent livraison lors des randonnées aux portes du désert de spécialités locales (les cornes de gazelles de Tataouine ou les macarons de Matmata, hum …).

De nombreuses visites ou excursions s’organisent à partir de ce refuge. C’est aussi un hébergement proche des bases de KiteSurf.


Quelques jolies photos de Djerba glanées sur le Web

« Située au sud de la Tunisie, l’île de Djerba tire son charme de ses petits villages d’artisans, de ses jardins d’oliviers ou de figuiers, de ses palmeraies, où on croise, au détour d’un chemin, des chevaux, des ânes ou des dromadaires … »


La Tunisie un merveilleux pays

La Tunisie (arabe : تونس), officiellement la République tunisienne, est un pays d’Afrique du Nord appartenant au Maghreb. Elle est bordée au nord et à l’est par la mer Méditerranée. Sa frontière ouest s’ouvre sur l’Algérie (965 kilomètres) et sa frontière sud-est sur la Libye (459 kilomètres). Sa capitale Tunis est située dans le nord-est du pays.

Près de 40 % de la superficie du territoire est occupée par le désert du Sahara, le reste étant constitué de terres fertiles, berceau de la civilisation carthaginoise qui atteignit son apogée au III ème siècle av. J.-C., avant de devenir le « grenier à blé » de l’Empire romain.

Longtemps appelée Régence de Tunis, notamment sous la domination ottomane, la Tunisie passe sous protectorat français en 1881. Avec l’avènement de l’indépendance, le 20  mars 1956, le pays prend l’appellation officielle de Royaume de Tunisie à la fin du règne de Lamine Bey qui, cependant, ne porta jamais le titre de roi. Avec la proclamation de la république, le 25 juillet 1957, c’est le leader nationaliste Habib Bourguiba qui devient le premier président de la République tunisienne et modernise le pays. Toutefois, au terme de trente ans à la tête du pays dont la fin est marquée par le clientélisme et la montée de l’islamisme, le Premier ministre Zine el-Abidine Ben Ali finit par le déposer mais poursuit dès lors les principaux objectifs du «  bourguibisme » tout en libéralisant l’économie.

La Tunisie est le pays le plus au nord du continent africain. Il est séparé de l’Europe par 140 kilomètres au niveau du détroit de Sicile et rattaché au Maghreb dont il est le plus petit État. Disposant d’une superficie de 163 610 km, le pays est limité à l’ouest par l’Algérie (965 km de frontière commune), au sud-est par la Libye (459 km) et au nord et à l’est par la mer Méditerranée (1 298 km de côtes).

Les terres cultivées représentent 4,9 millions d’hectares dont 1,6 consacré à la culture des céréales, 1,6 consacré à la culture de l’olivier et 400 000 hectares consacrés aux cultures irriguées. Le <désert occupe une superficie comprise entre 33 % et 40 % du territoire selon qu’on le définisse d’après l’aridité ou selon des caractéristiques paysagères.

La Tunisie possède un relief contrasté entre une partie septentrionale et occidentale montagneuse située dans l’extension du massif montagneux de l’Atlas — son point culminant est le Djebel Chambi (1 544 mètres) et coupée par la plaine de la Medjerda (seul cours d’eau alimenté de façon continue), une partie orientale plane s’étendant entre Hammamet et Ben Gardane et une partie méridionale désertique divisée entre une succession de (Chott el-Gharsa, Chott el-Jérid et Chott el-Fejaj), des plateaux rocheux et les dunes du Grand Erg Oriental. Le littoral parsemé de tombolos et de lagunes s’étend sur 1 298 kilomètres dont 575 de plages sablonneuses. Quelques îles dont les Kerkennah et Djerba parsèment le littoral.

Climat de la Tunisie

Le climat de la Tunisie se divise en sept zones bioclimatiques, la grande différence entre le nord et le reste du pays étant due à la chaîne de la dorsale tunisienne qui sépare les zones soumises au climat méditerranéen de celles soumises au climat aride engendré par le Sahara. En raison de sa situation géographique, le climat tunisien est influencé par divers types de vents : la côte nord est exposée aux vents marins soufflant depuis le sud de la France, ce qui provoque une baisse significative des températures et une hausse des précipitations, et le sud du pays aux vents chauds et secs tels le sirocco soufflant sur les grandes étendues désertiques et les plaines. Le pays bénéficie également d’un taux d’ensoleillement important (dépassant 3 000 heures par an). Les températures varient en raison de la latitude, de l’altitude et de la proximité ou de l’éloignement de la mer Méditerranée. S’il peut faire quelques degrés au-dessous de 0°C en hiver dans les montagnes de Kroumirie, la température grimpe parfois en été aux environs de 50 °C dans les régions désertiques. La pluviométrie annuelle varie également selon les régions : d’environ 1 000 millimètres au nord à environ 380 mm au centre et moins de 300 mm au sud.

Sources et compléments sur Wikipédia


Djerba un micro climat exceptionnel

«Djerba est célèbre pour la beauté de ses plages de sable fin, la douceur de son climat, ses traditions berbères et la gentillesse de sa population. Sur cette île tunisienne au charme méditerranéen, le parfum des oliviers répand une douceur de vivre colorée de culture et de tradition. A Djerba, tout est fait pour vous combler car il est simple de saisir ses charmes et ses plaisirs le temps d'un inoubliable séjour de glisse sur des plans d'eau d'une accessibilité incomparable. »

Carte topographique de l'île



Djerba, parfois orthographiée Jerba (arabe : جربة), est une île de 514 km2 (25 kilomètres sur 20 et 150 kilomètres de côtes) située dans le golfe de Gabès au sud-est de la Tunisie. Il s'agit de la plus grande île des côtes d'Afrique du Nord. Sa principale ville, Houmt Souk, compte à elle seule 44 555 habitants[1].

Ulysse l'aurait traversée, les Carthaginois y ont fondé plusieurs comptoirs et, aux alentours de 587 av. J.-C., l'île accueille des réfugiés juifs après la destruction du Temple de Jérusalem. Les Romains y construisent plusieurs villes et y développent l'agriculture et des ports commerciaux. Chrétienne, vandale, byzantine puis arabe, Djerba est depuis les années 1960 une destination touristique populaire. Il s'agit de l'une des dernières régions de Tunisie où une langue berbère est encore parlée.

Elle est reliée au continent par un bac assurant la traversée entre Ajim au sud-ouest de l'île et Jorf — la traversée dure environ quinze minutes — et par une voie de sept kilomètres qui remonterait à la fin du III ème siècle av. J.-C. puis restaurée à l'époque romaine et reliant l'extrémité sud-est de l'île (localité d'El Kantara) à la péninsule de Zarzis.

« Houmt Souk, la principale ville de Djerba est une charmante ville avec des rues labyrinthiques, des maisons blanchies à la chaux et des bazars ouverts colorés, les souks. Le souk coloré Houmt Souk est le centre du shopping à Djerba. Il y a aussi beaucoup des petits cafés dans la ville où vous pourrez déguster de délicieuses pâtisseries et des snacks et regarder les gens passer. Visiter le petit port de pêche et la marina de Houmt Souk est une expérience inoubliable en particulier au petit matin, lorsque le port est rempli de pêcheurs locaux lors du chargement de leurs bateaux avant une journée sur la mer. Il y a également quelques mosquées fascinantes autour Houmt Souk, telles que la Mosquée des Étrangers et la mosquée des Turcs.  »

Toponymie de Djerba

Djerba est connue depuis l'Antiquité par la légende qui veut qu'elle soit l'île des Lotophages décrite dans L'Odyssée d'Homère, ce qui l'amène à être souvent appelée Lotophagitis (du grec ancien Λωτοφαγῖτις ou Λωτοφάγων νῆσος). L'île aurait eu plusieurs noms jusqu'au IIIe siècle : Pseudo-Scylax la nomme Brachion (Βραχείων) ou « Île des hauts-fonds », Hérodote Phlâ, Polybe, Théophraste et tous les auteurs latins Meninx (Μῆνιγξ).

En ce qui concerne son nom actuel, Salah-Eddine Tlatli avance l'explication suivante :

« C'est vers la fin de la période romaine qu'on rencontre pour la première fois le nom de Gerba ou Girba, donné à une ville située sur l'emplacement actuel de Houmt Souk (capitale de l'île). Auparavant, au second siècle ap. J.-C., Ptolémée avait déjà mentionné le nom de Gerra, sans doute lapsus calami de Gerba. C'est en fait Aurelius Victor qui le premier parle de Girba lorsqu'il nous apprend que cette ville a eu l'honneur de donner le jour à deux empereurs romains. Jusque-là, l'île avait connu bien d'autres noms au cours de l'Antiquité. »

Géographie de Djerba

L'île de Djerba, qui dépend administrativement du gouvernorat de Médenine, est située entre 480 et 530 kilomètres de Tunis par la route par deux avancées de part et d'autre de Jorf et à l'ouest et de Zarzis et El Kantara à l'est. Par ailleurs, l'extension de la plage de Mezraya (Sidi Mahrez) forme une presqu'île, Ras R'mal, qui est l'un des importants sites touristiques de l'île.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/93/Djerba_south-coast-3.jpg/220px-Djerba_south-coast-3.jpg

Côte méridionale de l'île de Djerba

La superficie de l'île de Djerba est voisine de 514 km2. Vue par image satellite, elle présente la forme d'une molaire géante avec ses trois racines : la péninsule d'Ajim, celle de Ras Terbella et celle de Bine El Oudianesa plus grande longueur est de 29,5 kilomètres et sa plus grande largeur de 29 kilomètres. Ses côtes, qui s'étendent sur 125 kilomètres, présentent un tracé très irrégulier avec les trois péninsules qui marquent les points les plus rapprochés du continent dont l'île est séparée par le canal d'Ajim, large de deux kilomètres et celui d'El Kantara large de six kilomètres. Le canal d'Ajim accueille deux îlots qu'on appelle Elgataia Kebira et Elgataia Sghira.

Jadis rattachée au continent, Djerba s'apparente beaucoup par la régularité de sa topographie et de sa structure géologique au relief tabulaire qui marque le littoral méridional de la Tunisie. La topographie en escalier alterne des secteurs élevés et d'autres en dépression dont la surface est modelée par une morphologie dunaire. Le littoral est caractérisé pour sa part par des côtes basses, les plages, en grande majorité sablonneuses, s'étendant principalement entre Ras R'mal et Borj El Kastil. Gustave Flaubert nomme Djerba « Île aux Sables d'Or » à cause de ses plages au sable fin et doré. L'île est plate, l'altitude moyenne y est de 20 mètres et c'est dans la partie méridionale que se trouve le point culminant situé à Dhahret Guellala (53 mètres). À ce niveau, l'île est traversée par un accident topographique majeur (15 mètres de dénivellation sur 15 kilomètres de long). Enfin, l'eau douce y est rare et il n'y existe aucun cours d'eau.

Djerba est entourée de hauts fonds. La bathymétrie à proximité de l'île est presque toujours inférieure à -10 m et l'isobathe de -5 m n'apparaît au large de la côte méridionale et septentrionale qu'au-delà d'une dizaine de kilomètres des côtes méridionale et septentrionale (toutefois perturbés au large de la côte méridionale par l'existence d'un certain nombre d'oueds (courants marins) qui sillonnent les canaux d'Ajim et d'El Kantara). Les profondeurs dépassant à certains endroits les 20 mètres

Climat de Djerba

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/8b/Djerba_figuier_barbarie.jpg/220px-Djerba_figuier_barbarie.jpg

Haie (tabia) de figuiers de Barbarie

Le climat de Djerba est de type méditerranéen mais à tendance semi-aride car il se trouve au carrefour des masses d'air méditerranéennes et sahariennes. Ainsi, la température annuelle moyenne y est-elle de 19,8 °C, les moyennes mensuelles ne dépassant guère 30 °C ni ne descendant au-dessous de 8 °C. En été, la moyenne maximale atteint 32,7 °C mais se trouve atténuée par la brise marine, alors qu'en hiver, les moyennes mensuelles sont supérieures à 12 °C. Emmanuel Grevin parle ainsi de « cinquième saison » à Djerba :

« À Sfax, l'hiver vous aura quittés ; à Gabès vous trouverez le printemps ; à Tozeur l'été ; et à Djerba vous découvrirez la cinquième saison. Mais oui Monsieur, la cinquième saison, ce climat spécial à l'île de Djerba, si étrange, fait de sécheresse extrême, de brise marine, de fraîcheur et de rosées nocturnes, de quelque chose de rationnel, de tempéré en tout. »

Gustave Flaubert fait décrire à Mathó, dans le chapitre IX de son roman Salammbô, cette « île couverte de poudre d'or, de verdure et d'oiseaux, où les citronniers sont hauts comme des cèdres [...] où l'air est si doux qu'il empêche de mourir ».

Au niveau des précipitations, Djerba est la région la plus arrosée (248,8 millimètres) de toutes les régions au sud de Sfax, la moyenne des jours pluvieux se montant à 40 par an. Plus de 60 % des précipitations se concentrent entre les mois de septembre et décembre avec un maximum en octobre (28% du total annuel). Néanmoins, l'essentiel de la moyenne annuelle peut se répartir sur trois à quatre averses seulement. La saison sèche débute en avril et l'été voit rarement la pluie tomber. L'humidité et la rosée nocturne sont deux facteurs vitaux pour la flore de l'île.

Suivant les saisons, Djerba connaît des vents dominants de directions différentes. De novembre à mars, ce sont les vents d'ouest qui dominent avant d'être remplacés de mars à la mi-juin par le sirocco, vent chaud s'accompagnant souvent de tourbillons de poussière. Avec l'arrivée de l'été dominent les vents d'est, porteurs de fraîcheur.

Histoire de Djerba

Djerba est connue depuis l'Antiquité, notamment par la description qui en serait faite dans l'Odyssée d'Homère où celui-ci « faisait débarquer Ulysse et ses compagnons il y a plus de trente siècles ». Homère parlait du lotos, « fruit doux comme le miel qui plonge tous ceux qui en dégustent dans les délices d'un bienheureux oubli qui efface tous les soucis de l'existence ». Tel aurait été le sort des compagnons d'Ulysse « que ce fruit miraculeux aurait plongé dans une heureuse amnésie ». Ainsi, les habitants de l'île de l'époque furent-ils appelés les Lotophages et Djerba, l'île des Lotophages (mangeurs de lotos).

Plusieurs spécialistes, dont Lucien Bertholon et Stéphane Gsell, admettent l'existence de plusieurs migrations entre la mer Égée et le golfe des Syrtes, où se trouve Djerba, au cours du IIe millénaire av. J.-C. Une autre migration, venant surtout du monde hellénique et introduisant la culture de l'olivier et le tour de potier à Djerba se serait produite vers 1500>1500 av. J.-C Avant même la fondation de Carthage, au IXe siècle av. J.-C. des Phéniciens de implantent plusieurs comptoirs le long de la côte de la Libye et de la Tunisie actuelles jusqu'à Utique. Djerba en fait sans doute partie. Le Périple de Pseudo-Scylax, qui remonte approximativement au milieu du IVe siècle av. J.-C." donne sur Djerba les indications les plus anciennes, exception faite de celles d'Homère :

« On y fait beaucoup d'huile, qu'on tire de l'olivier sauvage ; l'île produit d'ailleurs beaucoup de fruits, de blé, d'orge, la terre est fertile. »

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/6/63/Djerba_Catacombes.jpg/180px-Djerba_Catacombes.jpg

Tombeaux puniques à Souk El Guebli


« Le paysage pittoresque de Djerba avec ses maisons blanchies à la chaux et ses petits villages tels que le village de Guellala, ne demande qu'à être explorée. La belle mosquée à El May est l'un des plus beaux édifices de Djerba. Grâce à son importante population juive, Djerba a plusieurs synagogues, comme la Synagogue de la Ghriba. La forteresse de Borj el-Kébir est aussi l'un des principaux attraits de Djerba. Il y a aussi beaucoup de petits sites archéologiques à travers l'île. Les fans des films de Star Wars auront certainement envie de visiter la ville de Ajim, où certaines scènes célèbres du premier film ont été filmées. »

Sources et compléments sur : Wikipédia

« Au sud de la Tunisie, dans le golfe de Gabès, se trouve une île enchantée au mieu des eaux turquoises de la Méditerranée. Couverte de milliers de palmiers, de figuiers de barbarie et d’oliviers, l’île de Djerba offre ses plages de sable blanc ensoleillées plus de 300 jours par an aux nombreux touristes venus apprécier la douceur de vivre dans cet oasis en pleine mer A la descente de l'avion, l’île de Djerba apparaît comme un véritable jardin recouvert de milliers de palmiers, d' oliviers aux troncs séculaires, de figuiers, grenadiers, caroubiers, pommiers et abricotiers... Plages au sable blanc et fin, mer cristalline aux eaux tièdes dans lesquelles poissons et crustacés abondent, nature sauvage, douceur du climat, été comme hiver, Menzels disséminés entre les palmiers... »
« On part à Djerba avec mille et une idées et on revient avec mille et un rêves, moult sensations … et surtout avec un cœur palpitant de joie et d’amour. “Le vrai bonheur ne se décrit pas, il se sent”, disait Rousseau et c’est à Djerba qu’on découvre cette sensation. »
« Djerba :L'île des rêves ! L'histoire de Djerba remonte à plusieurs siècles avant l'ère chrétienne, ancien comptoir phénicien, carrefour des migrations, le destin de l'île fut marqué par des vagues successives d'envahisseur qui lui jalousaient sa position stratégique et sa prospérité. Pourtant, en dépit des tumultes subis au cours de son histoire, l'ile ne fut jamais asservie. Mais il va de soi que ce croisement de population et cet incessant brassage de civilisation ont légué à la postérité de nombreux sites archéologiques, telle la célèbre cité de Meninx, et des monuments historiques, dont le Borj El Kébir et le Borj Castil, qui raviront les amateurs de ruines et de découvertes culturelles. »
           « Djerba, l'île aux rêves ...
                                                                                                 Senteur de Jasmin »
« Replongez-vous dans L’Odyssée d’Homère… Ulysse et ses compagnons y débarquèrent, il y a déjà plus de 30 siècles !! Homère parlait du lotos, « fruit doux comme le miel qui plonge tous ceux qui en dégustent dans les délices d’un bienheureux oubli qui efface tous les soucis de l’existence ». Tel aurait été le sort des compagnons d’Ulysse « que ce fruit miraculeux aurait plongé dans une heureuse amnésie » Ainsi, les habitants de l’île de l’époque furent-ils appelés les Lotophages et Djerba, l’île des Lotophages (mangeurs de lotos). » Suite
« Sur la route qui va de Djerba aux troglodytes de Matmata, il y a un arrêt camélidé... C'est-à-dire que tous les autocars et jeeps de service sahariens s'y reposent l'espace d'un thé à la menthe séculaire ou du flacon sans âge d'une boisson gazeuse yankee. On peut y aller de son narghilé et faire face à une échoppe de souvenirs qui vont de la rose des sables au foulard oriental en passant par la djellaba cérémoniale. Puis, on arrivera à Douz, la porte du désert ; un repas dans un hôtel dit saharien et hop ! cascade... à dos de dromadaires adultes où on enrubanne de tissus (genre Laurence d'Arabie avec des jeans et des gougounes) les touristes au regard enfantin et à l'esprit cinéphile. »
La cuisine tunisienne (recettes) : Hrissa, couscous, tajines et autres spécialités tunisienne classées par thèmes !
Pour terminer cette page (basée essentiellement sur la technique du copié-collé), je vous prosose de cliquer sur la caligraphie ci-après afin d'accèder au blog (semi fermé) d'une personne dont la sensibilité et la passion pour Djerba me semble digne d'intérêt.;


Le KiteSurf

«  Le kitesurf est un sport de traction qui se pratique sur l’eau. Sport nautique à part entière, parfois appelé fly surf ou seulement kite (kite signifie en anglais cerf-volant), il consiste à être tracté par un cerf-volant, appelé aile, et à glisser sur un support de taille variant entre celle de la planche de surf et celle d'un mono ski nautique. Le pratiquant pilote, à l’aide d’une barre, une aile de traction distante de vingt à trente mètres. Quatre lignes relient la barre à l’aile. Deux de ces lignes, les arrières (ou lignes de direction), permettent de réguler la puissance en jouant sur l’incidence de l’aile. Les avants (ou lignes de puissance) sont accrochées au harnais et permettent de sortir de l'eaau et de progresser sans effort. Un système de sécurité permet, en cas d’urgence, de se désolidariser de l’aile. Le pratiquant est équipé d’une planche, généralement asymétrique, d’une longueur moyenne variant de 110 à 170 cm. La pratique du kitesurf, qualifiée également de flysurf, se décline sur terre où l’on parle de mountainboard (gros skateboard avec quatre roues) ou de buggy (petit char où l’on est assis), en roller équipés de pneumatiques, et sur neige avec le kitesnow.  »

« Le kitesurf est très accessible et permet une évolution rapide à condition de prendre des cours au début. L'apprentissage et la pratique du kite se révèlent extrêmement dangereuses et doivent obéir à des règles de sécurité très pointues : concernant l'apprentissage encadré, le choix du lieu de pratique (espace dégagé, la bonne orientation du vent par rapport à la plage, les espaces autorisés à la pratique du kitesurf) ; la connaissance de ses capacités et de son niveau (rester humble et ne pas hésiter à demander conseil) ; la connaissance de la météo ; la connaissance de son matériel et surtout de son système de sécurité afin de pouvoir se désolidariser de son aile en cas de problème. Pratiqué en toute sécurité, ce sport est magique et magnifique. Il permet de glisser sur l'eau avec une sensation de liberté ; de voler, de progresser énormément avec un répertoire de figures incroyables. Il permet la promenade, comme le surf de vagues (waveriding), la vitesse ou les sauts (freestyle).  »

(source Wikipedia) La pratique du kitesurf exige des sites très adaptés, notamment en termes de place, permettant au pratiquant de dérouler ses lignes au sol sans risque pour lui et pour les autres. Mais de nombreux accidents, parfois mortels, et la difficulté de cohabitation avec les autres sports historiquement dominants (comme le surf, la planche à voile, etc.) ont conduit à son interdiction pure et simple sur certaines plages .

Mais cela s'améliore beaucoup avec la technicité et la sécurité proposé par les deniers modèles, notamment les ailes plates et leur fonction de tuer la puissance de l'aile en lâchant la barre

L'amélioration du niveau moyen de pratique et l'apparition d'un matériel plus sûr dans un avenir proche permettront au kitesurf de poursuivre son développement dans les meilleures conditions.

De plus en plus, les planches se font dans des matériaux composites de meilleures qualités. Le « kite » est de plus en train de conquérir de nouveaux territoires avec par exemple le snowkite, ou l'apparition d'embarcations tirées plus importantes par des cerf-volants, comme des canoës kayak et même des catamarans.

Le 18 Septembre 2008, lors du « Luderitz Speed Challenge » en Namibie, le kitesurf devient l'engin non motorisé le plus rapide sur l'eau. Le World Sailing Speed Record Council (WSSRC) valide la tentative de l'américain Robert Douglas à 49,84 nœuds (92,30 km/h). Quelques jours plus tard, le 3 Octobre 2008 le français Sébastien Cattelan est le premier à franchir le cap des 50 nœuds tant recherché des chasseurs de vitesse sur l'eau à la voile. Sa tentative est validée par le WSSRC à 50,26 nœuds (93,08 km/h). Ce record est battu le lendemain, le 4 octobre 2008 par le français Alex Caizergues avec une tentative validée par le WSSRC à 50,57 nœuds (93,66 km/h). Ce record a été battu le vendredi 4 septembre 2009 en rade d'Hyères par L'Hydroptère ; 51,36 noeuds sur 500 mètres et 48,72 noeuds sur un mille nautique sont les deux nouveaux records à battre ratifiés par le WSSRC.

TOUT le Matos !

L'aile de Kite surf

L'aile (kite) est dirigée par une barre, elle-même rattachée grâce à un harnais au kitesurfeur. Ce dernier oriente la barre à laquelle sont en général fixées quatre ou cinq lignes d'environ 24 mètres de long, de façon à assurer la traction et la direction de l'ensemble.

Grâce à l'aile, les pratiquants de ce sport peuvent faire des sauts allant parfois jusqu'à 20 mètres au-dessus de l'eau. La surface de l'aile se situe généralement entre 5 m² et 18 m², même si des ailes de 50 m² ont aussi été expérimentées. Deux grands types d'ailes sont utilisées :

    • aile à caissons : ces profils souples sont inspirés du parapente. Les caissons de l'aile se gonflent naturellement, sous l'action du vent. Les ailes à caissons sont davantage utilisées pour la traction terrestre. Les dernières évolutions, équipées de clapets, autorisent le redécollage sur l'eau. Elles sont alors appelées ailes à caissons marines. À traction équivalente, elles peuvent être plus petites. Ce type d'aile est généralement plus rapide à gréer parce qu'il ne nécessite pas de gonflage. Il existe aussi les ailes twin skin, qui se gonflent grâce à une fermeture qui laisse entrer l'air. Ces ailes autorisent le redécollage sur l'eau de manière très simple.
    • aile à boudin : brevet international déposé par les frères Legaignoux en 1984. Le principe consiste en une structure gonflable à l'aide d'une pompe, qui modèle le profil de l'aile et lui permet de redécoller de l'eau. Il en existe aujourd'hui trois types :
        • en forme d'arche (ou C-shape), généralement en 5 lignes. (ex : North Vegas, Slingshot Fuel). C'est le type encore le plus courant aujourd'hui (avec néanmoins de récentes innovations chez Naish avec la Sigma-shape, et chez F-one avec le Delta-shape).
        • les ailes plates ou hybrides : nommées ainsi en raison de leur allure. Elles permettent notamment une plus grande sécurité, grâce à une possibilité très importante de réduction de la puissance. Pour ce faire, les ailes plates disposent généralement d'un grand border-choquer. Il suffit de pousser la barre pour réduire instantanément la traction. (ex : Best waroo - Genetrix Hydra - Cabrinha Crossbow - Airush Halo])
        • les hybrides : qui sont un intermédiaire entre aile plate et aile en arche. (ex : North Rebel). Une aile hybride a une forme classique en C, mais utilise un bridage se rapprochant d'une aile plate, pour un depower important.

La barre de pilotage du Kite

C'est la partie par laquelle on contrôle les mouvements de l'aile. Elle est plus ou moins grande en fonction de la taille de l'aile. On y attache 2 ou 4 lignes pour contrôler l'aile et gérer la puissance. Pour les nouvelles ailes, on trouve souvent une 5e ligne utilisée pour améliorer la sécurité et le contrôle de l'aile.

Deux de ces lignes, les avants, permettent de réguler la puissance en jouant sur l'angle d'incidence de l'aile. Ces avants sont accrochés au harnais. Un système de sécurité permet, en cas d'urgence, de se désolidariser de l'aile.

Le réglage de la longueur des avants est fixe, alors que celui des arrières a justement vocation à être sans cesse modulé en cours de navigation en tirant ou poussant la barre. Ce principe consistant à pouvoir augmenter ou diminuer la puissance de traction de l'aile s'appelle le border/choquer.

Il faut bien comprendre que l'incidence de l'aile est fonction de la longueur des lignes avants par rapport aux arrières. Il serait en effet évidemment inutile de raccourcir les avants si on fait de même avec les arrières dans le même temps.

Lorsqu'on raccourcit les avants ou allonge les arrières, on dit alors que l'aile devient piqueuse. Dans le cas contraire, on dit que l'aile devient cabreuse.

Cabrinha Intelligent Depower System (IDS)

La planche de KiteSurf

Planche Twin-tip

Celle-ci peut être directionnelle ou bidirectionnelle. Généralement, les planches directionnelles sont utilisées pour les vagues ou la vitesse, alors que les twin-tips sont destinées au freestyle.

À l'origine du sport, les premiers utilisateurs étaient souvent issus du monde du windsurf. Naturellement, les premières planches utilisées pour le kitesurf furent donc des planches de windsurf. Mais rapidement la taille des planches s'est raccourcie jusqu'à atteindre une longueur de 1m40 en moyenne. Leur forme a ensuite évolué pour se rapprocher davantage de celle des planches de wakeboard, dites bidirectionnelles.

Les planches directionnelles, historiquement liées au surf, sont assez épaisses et nécessitent une rotation de la planche à chaque virage. Les bidirectionnelles, aussi appelées twin-tips ou tt, sont quant à elles plutôt issues du monde du wakeboard, elles sont souvent parfaitement symétriques et beaucoup plus fines. Il existe enfin une troisième catégorie de planche plus rare appelée mutant. C'est une solution intermédiaire entre ces deux styles de planche.

Les pieds du kitesurfeur sont reliés à la planche par ce que l'on appelle des foot-straps et reposent sur une couche de mousse appelée pad. Les twin-tips ont généralement 4 ailerons (1 aileron à chaque coin de la planche) d'une taille allant de 3 à 7 cm. Les planches directionnelles, comme les planches de surf, ont soit un seul soit trois ailerons, situés à l'arrière de la planche, d'une longueur pouvant atteindre 20 cm.

Les twin-tips sont aussi souvent munies d'une poignée au centre de la planche. Celle-ci était à l'origine destinée au transport de la planche, puis la poignée est vite devenue un accessoire utile au freestyle, notamment pour les sauts pendant lesquels le kitesurfeur retire la planche de ses pieds. C'est la raison pour laquelle la poignée a été interdite dans plusieurs compétitions, car elle simplifie certaines figures de freestyle que d'autres effectuent sans son aide.

Le leash de planche relie la planche au rider pour ne pas la perdre mais il peut être dangereux lors d'une chute car s'il se tend il peut alors ramener la planche a grande vitesse vers le kitesurfeur.

Les appuis !

Le harnais de KiteSurf

Contrairement à la planche à voile, le harnais est un élément indispensable en kitesurf. En effet, si le kitesurfer lâche la barre sans être rattaché à l'aile par un moyen quelconque, l'aile va s'envoler parfois très loin et, sans parler de la perte du matériel, risquer ainsi de blesser des personnes qui la recevraient.

Il existe deux types de harnais en kitesurf :

    • Ceinture, ou Dorsal : comme son nom l'indique, ce harnais ne passe qu'autour du bassin et non sous les fesses, contrairement au harnais culotte.
    • Culotte : à la manière d'un baudrier d'escalade, celui-ci passe sous les fesses et évite ainsi souvent les maux de dos au rider. On le recommande généralement aux débutants pour cette raison.


Les différentes disciplines du KiteSurf

Le freeride en Kitesurf

Le freeride qualifie la pratique courante du kitesurf. Pas de but précis si ce n'est la recherche de sensations, d'émotions et de plaisir. Cette pratique est comparable à celle d'un skieur lambda dans une station de ski. Une forme plus radicale de cette pratique est la randonnée en kitesurf.

La longue distance en Kitesurf

La longue distance est une régate. Plusieurs dizaines de participants s'élancent dans un parcours dépendant des conditions météo: la plupart du temps un triangle olympique, mais parfois un parcours dos au vent en W ou encore un simple aller-retour.

La vitesse en Kitesurf

La vitesse consiste à parcourir, avec élan, une distance de 500m le plus rapidement possible.

Le freestyle en Kitesurf

Le freestyle consiste, en sautant, à effectuer des figures. De nombreux formats de compétition existent. On peut distinguer le freestyle old-school des débuts du kite et le freestyle new-school ou wake-style qui s'inspire des figures du wakeboard.

Les vagues et le Kitesurf

Cette discipline, parfois appelée surfkite s'apparente au surf. Il s'agit, après être remonté au peak en kitesurf, de tracer les plus belles courbes dans les vagues. Plusieurs formats de compétition existent.

Le pilotage de l'aile (source : nageur.sauveteur.free.fr)

Le décollage et l'atterrissage

Une aile se prend par le milieu du bord d'attaque et jamais par le bord de fuite ou le spi (toile).
Lorsque celle-ci n'est pas utilisé, elle doit être retourné de la manière à ce que les boudins soient placés du coté du sol et que le bord d'attaque soit face au vent.
Un objet ou du sable est placés sur la toile, juste derrière le bord d'attaque. Evitant que le kite s'envole.

L'aile doit toujours décoller depuis le bord de fenêtre de vol, et jamais en pleine fenêtre, car la puissance développée serait trop importante.
Le décollage avec une assistance est conseillé. Elle permet de vérifier le bon montage des lignes et d'éviter d'abîmer la toile.
Le partenaire doit attendre un signe avant de lâcher l'aile. Ne surtout pas la lancer vers le haut.

A l'atterissage, il est aussi préférable de se faire assister. La demande d'assistance se fait grâce à un signe de main à plat sur le haut de la tête et qui signifie "je veux poser".

fenêtre de vol du kitesurf

Fenêtre de vol et zone de puissance

Quand l'aile est au zénith (au dessus de vous), la puissance dégagée est minimale : c'est la zone neutre.
La puissance maximale est obtenue lorsque l'aile se trouve à la fois au centre et vers le bas de la fenêtre de vol. Le kitesurfeur n'évolue jamais dans cette partie de la fenêtre de vol.

Quand l'aile se trouve sur les côtés de la fenêtre de vol (extrémités gauche et droite), la puissance dégagée est modérée. En navigation, le surfeur évolue dans cette partie de la fenêtre de vol.

Les zones d'évolution

Le kitesurf est une activité de pleine nature qui nécessite :

  • un espace de préparation : la plage ;
  • un espace d'évolution : la mer.

Il est à noter qu'au niveau de la réglementation des activités nautiques, le kitesurf est assimilé à la planche à voile.
Cette assimilation vaut pour le respect des zones et des règles de navigation.

zone dangereuse du kitesurf

Espace de préparation

Appelé zone technique destiné à gréer les ailes de traction, les faire décoller et atterrir en sécurité (aussi bien pour les pratiquants que pour les spectateurs ou personnes présentes autour de cet espace).

Cette zone doit être dégagée de tout obstacle, personne ne se trouvant autour des lignes. Pour faire évoluer une aile, il est impératif de disposer d'un espace d'au moins 100 mètres de chaque coté de votre aile, ainsi que sous le vent (les deux tiers des accidents de KiteSurf ont lieu sur terre).

Comprendre le vent


animation flash sur animation flash


Vous avez appris le Kite à Djerba :  Essaouira doit être votre prochaine destination « Vent »


 Mon si convivial hébergement : L’hôtel Vent des Dunes (à 2 ou 300 mètres des bases de kite). Tellement sympa !  Juliette la patronne est une passionnée de Kite et de Windsurfing. Le lieu est incroyablement bien entretenu et le personnel d’une extrême gentillesse. On y appréciera une cuisine locale réellement exceptionnelle (l'experte, Amina, donne même des cours). Pour exemple, mon plat préféré (jamais rien gouté d’aussi bon)  : tajine d’agneau aux amandes et aux pruneaux … (9€).


Une ville incroyablement accueillante. Des vols directs. Des souks où personne ne vous harcèle. Des artistes et artisans exceptionnellement créateurs. Des cafés en terrasse où l’apéro est possible. Des monuments, murailles, canons, etc. a visiter. Des ryads luxueux et des petits hôtels  de charme.

Ma cantine : l’Océan Vagabond (pour déjeuner)

Exceptionnel : sur le port une douzaine de minis restos spécialisés poissons et fruits de mer à peine sortis de l'eau !

Cinq écoles de Kite (j’ai pris Mistral). Bon, maintenant à vous de jouer, moi j’y retourne dès que possible et je viens même d’acheter une board SkimFish pour le strapless et deux Drifters pour faire avec !  Ha, j’allais oublier, pour le kite : 11M le matin et 7M l’aprèm et si une seule aile possible, alors entre 8 et 10M.


Ps. Le vent réel est presque toujours supérieur de 30% aux prévisions l'après midi   


Vickoff@noos.fr